Saisie : les situations typiques sont sauvables

Dans le sud de la France, le cas que nous voyons se répéter le plus souvent, c’est le propriétaire d’une maison qui se fâche avec quelqu’un, commence à ne plus payer ses factures puis devant la dette grandissante finit par ne plus payer les mensualités de l’emprunt et ainsi de suite. Avec toutes les conséquences sociales : la femme s’en va avec les enfants, tout le monde devient hostile et le propriétaire finit par « s’en foutre » tellement la situation est devenue ingérable et que « ce sont tous des cons ». Une bonne vingtaine de situations comme celle-là aboutissement chaque mois au TGI de Nice avec une vente aux enchères. Pourtant, à nos yeux, il est tellement plus simple de sauver une situation financière « grave » que les problèmes humains, ça n’est que de l’argent, ça se gère. Nous accompagnons les personnes à garder la tête froide avec ce sujet et prendre les bonnes décisions, celles qui sauvent.
A force de rencontrer des propriétaires, nous savons que même quand la situation est sauvable, le propriétaire a tellement lâché la rampe qu’il refuse de voir lucidement la réalité et n’accepte nos offres de conciliation. Le dernier a découvert par notre intermédiaire les frais dont l’acquéreur devait s’acquitter lors qu’un achat par adjudication et a compris au tout dernier moment que le produit de la vente ne laisserait rien à son portefeuille personnel. Jusqu’au dernier moment, il pensait que la situation pouvait spontanément se retourner en sa faveur et que finalement la situation allait devenir confortable.
Une situation est sauvable quand le débiteur encore propriétaire a un comportement adulte et responsable. Cela ne cesse de nous surprendre, mais on peut avoir 60 ans, être propriétaire d’une maison avec vue mer et se laisser couler comme une pierre sans réagir devant une vraie proposition pour sauver la situation. C’est comme si la somme des problèmes accumulés submergeait l’esprit des débiteurs et les faisait revenir à une situation intellectuelle de minorité. Une sorte de retour à l’enfance, où l’on rêve de lendemains qui chantent par la seule magie du hasard ou d’une aide divine.
L’aide divine, dans un tel cas, c’est ATOM Capital. Quand un salarié de ATOM Capital se déplace chez un débiteur pour lui proposer une solution de vente amiable ou un réméré ou un portage selon la situation, il faut prendre conscience que c’est une excellente solution parce que c’est la seule pour le propriétaire. De l’autre côté, la vente aux enchères n’est pas une solution pour le propriétaire, ça n’est qu’une solution pour les créanciers et éventuellement celui qui achète le bien à la casse. C’est tellement injuste de laisser faire ça. Nous avons très récemment un gentilhomme à Cannes dans son appartement de 42 m2, très bien placé, avec belle hauteur sous plafond, l’air déprimé. Le bien est parti pour 22000 euros, il en valait 100k de plus. Ces 100k iront dans la poche d’une personne qui allait probablement déjà très bien financièrement et ils manqueront certainement énormément à ce pauvre homme qui s’est fait saisir. Avec qui s’était-il fâché ? sa femme. Et le premier ? avec son syndic. Très souvent, une petite fâcherie, une petite colère et d’énormes conséquences en chaine durant des années jusqu’à l’effondrement complet. Comment on se reconstruit sur de telles ruines ? On repart à zéro. Ce n’est pas si facile à 40, 50, 60 ans et plus. Ça n’est déjà pas si aisé à 20 ans alors quand on a connu les belles propriétés et les joies de l’amour, on est pas tout à fait préparé à se relever d’une descente aux enfers.
ATOM Capital propose toutes les solutions qui existent, au choix, aux personnes en situation de faillite. C’est notre façon de gagner de l’argent : on achète des biens, on paie directement le propriétaire et ses créanciers avant que la justice décide que la saisie se traduise en vente forcée. Chez nous, la vente forcée est remplacée par une vente de bon gré, de gré à gré. Amiable ne signifie pas toujours aimable, les 2 termes ne sont pas synonymes comme nous l’a rappelé notre avocat récemment. Pourtant, notre souhait, c’est que les personnes en situation de détresse, s’il leur reste un tout petit peu d’énergie vitale, ait l’amabilité de nous passer un petit coup de fil pour discuter de leur situation et nous leur retournerons avec plus d’amabilité encore nos propositions pour assainir leur situation et éviter la vente forcée.


Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée